Epilez-vous, dépilez-vous, qu’ils disaient !

Publié le par Coco la Bulle

Coco la Bulle se demande si vous, chères lectrices, vivez les mêmes dilemmes qu’elle concernant votre système pileux, et si vous, chers lecteurs, avez conscience de ce que nous endurons pour vous plaire. Avec les beaux jours revient en effet le problème majeur qui se pose à toute femme normalement soucieuse de son apparence : comment traiter l’épineuse question des poils qui, par nature, repoussent toujours (les vilains).

 

Les poils ont de moins en moins la cote. Il faut désormais être imberbe : Coco se rappelle l’air effrayé de son aînée, pourtant très sensible au charme de Romain Duris, et sa moue dégoûtée la première fois qu’elle a vu le comédien ôter ton tee-shirt dans un film. « Beurk, il est trop poilu, ça le fait pas ». C’est générationnel semble-t-il : de nombreux hommes jeunes s’épilent le torse, quelle pitié ! Quant aux femmes, les poils n’ont plus droit de cité, et les images véhiculées par internet font hélas de l’épilation intégrale une sorte de norme. Lisser, aseptiser, la nature doit être domestiquée, et tout ce qui dépasse éradiqué. Bref le poil, de nos jours, se porte…épilé.

 

Laissons-là ces divagations pseudo-sociologiques, ce n’est pas le propos du présent billet. Coco balance, selon l’état de ses finances, entre plusieurs modes épilatoires… dont elle vous livre ici les mérites comparés.

 

1/ le rasoir – Solution de la loin la plus économique (si l’on s’en tient au savon et que l’on ne succombe pas aux sirènes du marketing des fabricants, qui veulent vous fourguer des crèmes et mousses totalement superflues pour l’utilisateur mais génératrices de fortes marges commerciales pour eux). Sur le coup, c’est sublime. La peau  est impeccable, douce comme de la soie et sans trace (lorsque l’on a été précautionneux, sinon on peut rapidement jouer le remake de la fiancée de Frankenstein).

Les ‘’hics’’ : primo, ça dure 24 heures, délai au-delà duquel il faut impérativement recommencer si l’on ne veut pas que les jambes se transforment en toile émeri, et ces satanés poils repoussent plus drus, comme si chaque assaut les rendait plus forts. Secundo, si on a eu le malheur de se raser à certains endroits (au hasard le maillot), la repousse démange épouvantablement et prend un aspect ‘’dinde tout juste plumée’’, avec en prime rougeurs et boutons disgracieux.

 

2/ la crème (et tous ses dérivés commerciaux, qui reviennent au même). Si vous avez 10 minutes devant vous, que vous êtes seule (afin de ne pas imposer une expérience pénible à vos proches), vous pouvez tenter le coup.

Les ‘’hics’’ : primo ça sent très mauvais (‘’c’est quoi cette odeur bizarre mon amour ?’’ – ‘’pourquoi tu t’es enfermée dans la salle de bain M’man ?’’). Secundo, durant les 7 à 8 minutes de pause, on se retrouve quelque peu handicapé, et, si on bouge trop, on en met partout, il est donc préférable d’emmener de la lecture dans la pièce où l’on opère. Et mieux vaut ne pas avoir oublié de retirer son slip avant, sinon c’est la cata,  bonjour les acrobaties pour ne pas tacher le précieux sous-vêtement. Tertio, il est préférable de se soustraire à la vue des autres, sous peine d’avoir l’air peu enviable d’une paire de jambonneaux barbouillés de crème fraîche. Quarto, ça repousse aussi plutôt très vite, même si cela ne renforce pas le poil.

 

3/ les bandes de cire froide ‘’à appliquer soi-même’’ –  Selon Coco, la pire des arnaques.  Quand vous lisez le mode d’emploi sur l’emballage, déjà, un doute vous saisit, là, dans le rayon hygiène-beauté de votre supermarché : pourquoi continuer à aller chez une esthéticienne, ce truc a l’air si efficace ! Mais une fois que l’on a essayé, on comprend mieux.

Car là, il n’y a que des ‘’hics’’.  Primo, il faut la jouer ‘’Guerre du feu’’ à chaque bandelette, en frottant la chose entre ses mains pour réchauffer la cire, qu’ils disent. Secundo, quand on décolle les deux bandes et qu’on les applique sur les gambettes, ça colle grave. Et quand on retire la bande, il reste les trois quarts des poils sur la peau, ainsi que la moitié de la cire. Génial. Donc on passe et repasse au même endroit, et pour finir on termine la boite en ayant seulement épilé une demi-jambe. Et on a tendance à finir au rasoir, car après ce traitement et vu l’état de la peau, la tentation sauvetage Gillette/savon est très forte…

 Image-31-Epilation.png

4/ les appareils épilatoires électriques – Là Coco n’a pas d’avis : a priori, ça fonctionne sur les dames qui sont légèrement poilues, à condition de le faire régulièrement. Il y a une vingtaine d’années, votre serviteuse avait acheté un Epilady première génération, et la sensation qu’il lui procurait était si désagréable, pour un résultat si peu probant, qu’elle n’a pas re-tenté l’expérience, même si la technologie doit avoir évolué. Quoique.

 

5/ l’esthéticienne – une excellente solution pour peu que l’on ait :


-les moyens

-du temps

-la chance d'avoir une praticienne agréable et suffisamment douée pour vous faire oublier que vous êtes quasi à poil (c'est le cas de le dire), la plupart du temps dans des positions pour le moins équivoques, et que ça fait vachement mal tout de même, surtout à certains endroits (brisons-là).

 

Les hics : primo, en sortant, on colle encore et, pour peu que l’on enfile un jean par-dessus, on peut avoir des surprises en le retirant (‘’Oh M’man, on dirait la Schtroumpfette, t’es toute bleue !’’). Secundo, cela laisse des points rouges tout partout, donc si on veut exhiber ses gambettes le soir même, c’est mort. Sauf si on assure le total-look trash ‘’Père Dodu’’, en direct du rayon volaille. Tertio, ce n’est vraiment net que quelques jours, entre J+1 et J+10. Ensuite les poils repoussent de façon disparate et anarchique (les bolcheviks !), quand ils ne le font pas…sous la peau (le top). Quarto, c’est onéreux. Une vraie rente pour les salons de beauté, qui d’ailleurs tournent à 80% sur cette activité…

 

6/ L’épilation au laser. Coco ne saurait non plus se prononcer là-dessus, sa CSP (catégorie socioprofessionnelle) n’étant pas concernée vu que ça coûte un bras et que ses bras, elle en a besoin pour autre chose.

 

7/ le nouvel appareil qui vient de sortir et qui fonctionne à la ‘’lumière pulsée’’, près de 500 euros tout de même à l’achat. Un peu long à rentabiliser… et un peu suspect aussi, car on se demande si ce truc miracle ne se verra pas découvrir d’ici quelques années un effet secondaire bizarre, qui aura entraîné une mutation de tous les utilisateurs, genre Panique à WolverineCity? Bouh, ça fait froid dans le dos…

 

Chers lecteurs, Coco espère que vous êtes toujours là après ces longues élucubrations pileuses. Et rappelons-nous Messieurs que, comme le disait Frédéric Dard, « Les femmes, c'est comme les artichauts : le coeur est sous les poils. » Quand il en reste…

 


Rendez-vous sur Hellocoton !

Commenter cet article

lingerie st valentin 23/01/2012 12:34


Je suis bien d'accord, tu résumes le complexe problème féminin de l'épilation! Si les hommes savaient tout ce que nous endurons pour nous débarrasser de ces fichus poils...!

Coco la Bulle 23/01/2012 12:37



;-) Merci...



champagne 12/05/2010 17:15



J'ai tout essayé et j'arrive à la même conclusion que toi!!! les poils repoussent et c'est parfois moches!!


alors je confie ca à mon esthéticienne et voila 20 ans que j'inclus ca dans mon budget


l'été il faut ajouter la demie jambe et les aisselles... en plus ca fait mal ouille !!!



Coco la Bulle 12/05/2010 18:19



Eh oui, 100% d'accord avec toi...


Dis-moi, tu portes un joli pseudo !



Caly 06/05/2010 09:05



Je découvre ton blog avec beaucoup de bonheur ;)


Quel beau style emprunt d'humour !!! A moi je dis que rien ne vaut l'épilation définitive ^_^ encore faut il en avoir les moyens...


Pour ma part c'est ou cire au miel faite maison, éconmique et une fois que tu as pris le coup de main, le résultat est top


Au plaisir de te lire vite !



Coco la Bulle 06/05/2010 09:08



Merci de tes compliments Cali, ils me vont droit au coeur !


Et je note tes conseils...



lillie 05/05/2010 10:37



Ben surtout ça fait maaaal ! J'imagine beaucoup mieux ce que ressent un poil qu'on décapite ! :))



Coco la Bulle 05/05/2010 10:38



Ouille, j'imagine. Pauvres petits poils massacrés... Non, je m'égare !



Madame Sophie 05/05/2010 10:35



Coco la Bulle, tu as tout dit! C'est EXACTEMENT  ça! Nous sommes des soeurs de poils! si tu savais comme ton billet me fait du bien, je me sens tellement moins seule avec ma pilosité
capricieuse et ma peau qui ne supporte pas grand'chose!



Coco la Bulle 05/05/2010 10:38



Je crois que nous sommes nombreuses Sophie, vu les commentaires sur le blog et sur mon profil FB, nous luttons toutes contre les poils !!! Courage...