Coco déménage

Publié le par Coco la Bulle

 

Coco la Bulle se demande qui a inventé les déménagements. Sûrement un esprit malin. Du fond de ses cartons, au milieu de la poussière, elle pousse un CRI déchirant : au secours !!!

Quelle idée aussi, de vouloir changer de maison. Adieu les nuits dans le merveilleux clic-clac, adieu le séjour/bureau/chambre/salle à manger/hall de gare, cette pièce magique qui se transforme au gré des heures, adieu la micro-cuisine où on ne peut pas bouger dès qu’on est plus de deux, adieu les uniques WC devant lesquels tout le monde attend en beuglant ‘’ensuite c’est mon tour’’, etc.  Pourquoi quitter ce petit paradis ? Coco en pleurerait presque…mais de joie, puisqu’enfin elle récupère un peu d’espace et sa tribu avec. Enfin elle pleurera de joie quand tout sera fini. Et à l’heure qu’il est, nous en sommes loin !!!

 

Samedi. Déménagement J-7. ‘’Dans une semaine nous serons là-bas’’. Concept totalement abstrait. Mais puissamment évocateur. Si seulement on avait une Mary Poppins ou un Merlin dans le coin, qui nous fasse ça en chantant à coup de baguette magique !!!


15h.
Coco cartographie son appartement et commence à penser aux cartons. Si elle les fait trop tôt, on ne pourra plus circuler et il manquera certaines affaires indispensables à la vie quotidienne. Si elle les fait trop tard ça va être un cauchemar. Quand débuter l’encartonnage ? That is the first question. Coco botte en touche et appelle Mistinguette pour lui dire de trier ses affaires : vu qu’elle a pris 15 cm depuis l’été dernier, elle a sûrement plein de choses à donner, ce sera toujours ça de moins à déménager… Quant à Junior, qui vit pratiquement comme un ascète, en dehors de son ordi et de ses guitares, il n’y aura pas beaucoup de matos à translater. C’est toujours ça de pris.

19h. Résultat des courses : Coco a fait une misérable boite d’archives diverses. Mistinguette a retrouvé plein de trucs qui l’ont occupée toute l’après-midi. Roméo est allé huiler le beau parquet du futur sweet home et n’a donc pas avancé sur son schmilblick perso. En bref, rien n’a bougé côté cartons.

 

Dimanche. J-6. Même topo. Pendant que son chéri s’active dans la prochaine demeure encore vide et en travaux, Coco n’arrive pas à démarrer et se prend un méga-stress. Allez, ma grande, il faut y aller… demain tu dois bosser, maintenant, c’est le moment où jamais ! Petit tour des tableaux magnétiques, collecte des photos. Création d’une boîte ‘’accessoires informatiques divers’’ où elle balance tous les trucs non identifiés qui ont vaguement l’air de concerner les ordi de la maison. Création d’une boite ‘’CD’’ mais interruption immédiate du remplissage : car comment survivre si les CD sont inaccessibles une semaine ? Allez, on fera ça à la fin… Au moment de se coucher, panique. Coco ne sera jamais prête.

 

Lundi. J-5. Boulot, boulot, boulot. Bonne excuse pour ne pas avancer.
Mardi. J-4
. Boulot. Et procrastination totale.
Mercredi. J-3
. Affolement. Coco boucle un article vers 12h et décide de se mettre en ‘’stand-by professionnel’’. E-mail à ses clients pour leur dire qu’elle est aux abonnés absents jusqu’à lundi sauf urgence.  Et roulez jeunesse !

 

Mercredi après-midi, jeudi, vendredi. Encartonnage actif. RAS. Mais pendant qu’elle remplit inlassablement ses grandes boites, Coco se pose des questions existentielles…

=>Comment aussi peu de choses peuvent nécessiter autant de cartons ? Quand il n’y en a plus, il y en a encore, c’est sans fin…

=>Pourquoi le scotch s’entortille-t-il toujours autour de lui-même ?

=>Pourquoi Coco a-t-elle autant de chaussures ? (no comment, là ce n'est pas elle qui pose la question, elle, elle sait bien pourquoi)...

=>Pourquoi garde-t-on autant de choses inutiles ? La poubelle déborde d’emballages, de modes d’emplois, de papiers divers et variés allant de la promotion La Redoute d’il y a six mois au magazine de la CAF que, de toute façon, on ne lit jamais mais qu’on garde au cas-où ?

=>Où ranger certains articles qui ne rentrent dans aucune catégorie, à moins de créer un carton ‘hors catégorie’’ ?

=>Pourquoi s’acharner à transporter certaines choses qui n’ont pas servi depuis des lustres (telle veste, tel disque, tel bibelot jamais exposé) ?

=>Pourquoi se casser la nénette à tout écrire sur les cartons, puisque l’on sait que, de toute façon, quand on va chercher quelque chose de précis on ne le trouvera pas, parce que ce sera justement ce que l’on n’a pas écrit ?

  

demenagement-web

Samedi matin, jour J. Premier voyage, les 79 cartons sont tous dans la camionnette. Illusoire soulagement. Car les cartons, c’est la partie visible de l’iceberg. Ensuite il faut transporter les ‘’gros morceaux’’, genre lave-linge, canapé et armoire. Enfin, lorsque l’on est bien épuisé, il reste les ‘’petits trucs’’, ceux qu’on n’a pas réussi à caser, les meubles en kit, la hifi, les ordi, les miroirs, les tapis, les tableaux, le portemanteau encore chargé de vêtements, etc (brisons là ce chapelet démoralisant) …. S’ensuivent donc quatre autres voyages. Puis il faut rendre l’utilitaire (18h, heure fatidique) et terminer avec la Clio…

Samedi soir, 20h. Où sont les draps ? Et la couette ? Comment ça dans le carton tout en dessous ?

Coco et Roméo jouent à saute-mouton dans l’appartement, hop un carton, hop un tréteau, hop un sac de fringues. Il y a de la poussière partout. Lui a mal à la tête (zut, la boîte ‘’pharmacie’’ est introuvable), elle a mal partout. Heureusement que les enfants ne rentrent que demain soir.
21h30. Douche salvatrice, dodo (seule activité envisageable au demeurant).

 

Dimanche matin. 4h55. Coco ouvre l’œil et ne peut pas le refermer. Elle sait ce qui l’attend et voudrait attaquer dès maintenant pour gagner du temps. Car il va falloir nettoyer en priorité la cuisine et la salle de bain pour commencer à investir réellement les lieux. Ça gamberge grave dans sa petite tête.

Dimanche 8h00. Debout, café, éponge et détergent au programme. Après 3 heures de labeur, les 26 cartons correspondant à cette pièce (pas moins) sont enfin vidés. Passons à la SDB. Puis au reste…

Dimanche 19h00. Coco ne sent plus son corps, elle a l’impression de léviter, et ce serait préférable vu l’état du sol… Mais à chaque jour suffit sa peine, le jeu en valait la chandelle, vive les déménagements ! Maintenant il reste à faire son nid, et ce n’est pas ce qu’il y a de plus désagréable.

 

Sauf que…
Ouille, mince, triple zut : il reste l’ancien appartement à nettoyer !

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Commenter cet article

phelipon 19/06/2010 11:11



ton blog est vraiment très sympa ! je reviendrai !



Coco la Bulle 20/06/2010 19:15



Merciiii !!!



Ava 17/06/2010 19:50



Pareil : difficile de s'y mettre, car il faut continuer à vivre, et ensuite on n'en voit plus la fin. C'est vraiment toujours une épreuve ! J'espère que ca y est, tu as repris tes marques.


bonne soirée



Coco la Bulle 17/06/2010 22:27



Oui tout va bien, merci Ava, les choses vont se mettre en place petit à petit...



Adama 16/06/2010 10:39



Mmmm oui moi aussi je suis en train de subir les affres du déménagement. Entre les cartons, les lettres de changement d'adresse, le tri et le nettoyage à venir. Je compatis



Coco la Bulle 16/06/2010 11:40



Bon courage Adama !



Anaïs 15/06/2010 11:26



Oulahhhhh et bien après tous ces jours de galère passés et ceux encore à venir, vous mériterez de beaux instants de bonheur dans ce nouvel home sweet home!!!!! 



Coco la Bulle 15/06/2010 12:39



Merci Anaïs !



Luciole 15/06/2010 07:31



Ouuuh !! j'ai l'impression de revivre mon déménagement :D (ou presque) !



Coco la Bulle 15/06/2010 08:44



J'espère que ça ne t'a pas trop épuisée Lucile...