Saint-Sylvestre aux courgettes

Publié le par Coco la Bulle

Pourquoi le mois de décembre est-il aussi inexorablement fatal à notre silhouette et à notre foie ? Que devons-nous expier pour finir l’année dans un tel état, et qui plus est, en étant tout à fait consentant ? Je me le demande encore, alors que j’entame un nouveau mois de janvier lestée d'une légère surcharge pondérale et l’abdomen en vrac… Et pourtant j’ai tenté de lutter, vainement. La preuve ci-dessous.

Dimanche 5 décembre. C’est décidé, régime pré-fêtes + trois  joggings + une séance de gym par semaine.

Lundi 6 décembre. Dommage. Ce matin il pleuvait une sorte de neige, et au goûter il restait du chocolat lait/noisettes/raisins. Ça commence mal.

 

Mardi 7 décembre. RAS. Je suis forte. Céréales de régime, salade verte et poireaux vinaigrette.

 

Mercredi 8 décembre. Malgré des conditions climatiques fort hostiles, je suis sortie courir à 8h30 ce jour. Horreur. Java dans la gadoue, souffle court (je traîne mes kilos comme deux jambons surnuméraires ajoutés à mes propres cuisses). Et comme c’est mercredi, et que mon bureau fait face à la cuisine, j’ai le plaisir de voir passer Junior avec des tartines de nutella toutes les demi-heures. Il n’a vraiment aucune pitié, lui et sa silhouette immuable de rocker filiforme.

 

Jeudi 9 décembre. On m’a collé deux RV dans la matinée, ce qui m’a contrainte à annuler ma gym à 9h. Si si si, je décline toute responsabilité. Par contre, j’ai été très forte, juste un thé cet après-midi. Comment, quelqu’un m’a vu manger du fromage le soir ? Calomnies.

 

Vendredi 10 décembre. Je voulais vraiment aller courir, mais je ressens une forte douleur sous le pied, là, déjà, dans mon lit, à 7h05. A mon âge, il faut écouter son corps quand il dit stop.

 

Samedi 11 décembre. Je lutte, je lutte. Hélas ce soir nous dînons chez des amis où la chère est toujours succulente, et je vais devoir faire honneur au champagne…  Comment, quelqu’un m’a vu reprendre du dessert ? Calomnies, bis repetita.

 

Dimanche 12 décembre. Roméo et moi avions planifié un jogging en amoureux ce matin. Vu l’heure honteuse à laquelle nous émergeons, au lieu de ça, c’est plutôt couetting en amoureux. Ce n’est pas un exemple, vraiment. Heureusement que les enfants se lèvent…bien après nous.

 

Lundi 13 décembre. Pesée hebdomadaire, ô rage, ô désespoir. Je file à mon RV de 8H30 pour courir. Arrivée à la forêt, au moment où je démarre avec mes copines, coup de fil sur mon portable… Erreur d’agenda de mon interlocuteur, qui croyait que c’était aujourd’hui l’interview alors que c’était mardi. Mais mardi il ne peut pas. Je rebrousse chemin et rentre dare-dare à mon bureau. Je suis maudite ! Et ça me donne faim, curieusement, car à 11h je dévore une tartine au beurre trempée dans un café au lait.

 

Mardi 14 décembre. RAS. Ah si : mais pourquoi ai-je racheté du chocolat lait/noisettes/raisins ? Il faut que je pense à m’interroger à ce sujet. Je le note.

 

Mercredi 15 décembre. Pas de jogging, car comité de rédaction dans une grande agence… Damned, ils ont bien fait les choses, y’a tout plein de viennoiseries. Je résiste à la première, puis à la deuxième tournée mais le troisième passage du plateau m’est fatal.  Du coup, je vide un sachet de sucre dans mon second café. Au point où j’en suis…

 

Jeudi 16 décembre. Les envies de sucre sont-elles solubles dans la déclaration de TVA ? Hélas non, je témoigne. Alors que je saisis fébrilement ces satanées écritures, je meurs d’envie de plonger dans la boite à gâteaux. Vade retro granolas. Je dois rester sage car demain, une épreuve m’attend.

 

Vendredi 17 décembre. Jogging de mamie. 40 malheureuses minutes de calvaire. Mais il fallait bien ça car cet après-midi, j’ai invité des copines pour un goûter de Noël à la maison… Absolument pas raisonnable, je sais. Mais vraiment délicieux. Alors carpe diem. Brioches et confitures, muffins, chocolats, thé, café… et champagne au pied du sapin.

Question : pourquoi l’évocation du menu de Noël par Roméo à son retour me donne-t-elle la nausée ?  Allez, jogging ce WE, c’est décidé.

 

Samedi 18. RAS (à part le délicieux Salers et le Reblochon que Roméo a rapportés du marché, et à part le Stollen, ce gâteau germanique puissamment étouffe-chrétien mais très bon trempé dans du thé, que je boulotte en douce vers 17h avec Mistinguette. Chuuut).

 

Dimanche 19. Petit-déjeuner au lit, avec confitures. Jogging ? Non, il a neigé, c’est impraticable. Si si.

 

Lundi 20. Plof, ça me tombe dessus, un gros dossier que j’attendais depuis deux semaines arrive enfin (si l’on peut dire). La semaine de Noël. Heureusement que mes cadeaux sont achetés depuis novembre ! Comment faire face ? Avec des petits biscuits au sésame trempés dans le thé. Que des bonnes choses, je vous dis. PS. On est lundi mais je ne me suis pas pesée, je redoute l’attaque cardiaque.

 

Mardi 21. RAS (pour de vrai). Une bouteille de Contrex sifflée pour me donner bonne conscience.

 

Mercredi 22. Je me bourre de yaourths 0% et de clémentines mais j’ai désespérément envie d’autre chose. Et Mistinguette la coquine est allée chez sa mamie faire des sablés de Noël, elle en rapporte une pleine boîte, trahison !

 

Jeudi 23. Courses pour le réveillon : saumon et crevettes, blinis, champagne, citrate de bétaïne.

 

Vendredi 24. Je vais chercher le pain à pied, ça me fera de l’exercice. A midi, une salade verte et une salade de fruits, c’est tout, je me réserve. A 16h, c’est malin, mon estomac gargouille lamentablement et je me faufile dans la cuisine sous prétexte de faire du thé. Je n’en dirais pas plus, j’ai honte.

21h. Réveillon, je mange peu mais c’est trop, de toute façon, je finis la soirée avec un cachet effervescent parfum citron, que les habitués reconnaîtront.

 

Samedi 25. Direction The repas de famille. Foie gras, chapon, festival de bries, Champagne, Vouvray, Bordeaux… et bûche aux marrons ! Là, je mesure le sens de l’expression triviale ‘’j’ai les dents du fond qui baignent’’. Pour rentrer chez moi, avec le verglas dans les rues et mon poids sur le ventre, on dirait un culbuto… Allez Coco, courage, tu as une semaine pour te remettre avant les agapes du 31 décembre. Ou pas. Et si on se faisait une Saint-Sylvestre aux courgettes bouillies ?


Rendez-vous sur Hellocoton !

Commenter cet article

Luciole 09/01/2011 20:49



"je finis la soirée avec un cachet effervescent parfum citron, que les habitués
reconnaîtront."


ahh.. mon meilleur ami depuis 15 jours !


Bonne année Coco :)



Coco la Bulle 10/01/2011 08:01



Bonne année Lucile... et meilleure santé ;-)



Pierre Fauroux 05/01/2011 18:32



Voilà un bon moment de passé.  Un concentré d'humour distillé avec style. Je pense que l'on se reconnait tous dans ces pulsions incontrolables. En tout cas beaucoup de plaisir à te lire
Coco. Merci.


Pierre



Coco la Bulle 05/01/2011 18:38



Merci Pierre !



Enfinmoi 31/12/2010 11:23



C'est vraiment pas de chance, je note que tu as fait de sacré effort..


Mais bon, nous n'avons qu'une vie.... Les plaisirs de la convivialité, de la gourmandise en font qu'elle vaut d'être vécue....


profite !!!!


Bonne fête.


Bises


Sylvie



Coco la Bulle 31/12/2010 11:27



Sylvie, tu as 1000 fois raison... meilleurs voeux à toi !